Search
  • Pauline.motheron@gmail.com
  • skype : pauline.motheron
Search Menu

Quand la routine tue la créativité

Cette semaine c’est la reprise pour beaucoup d’entre nous. L’occasion pour moi de vous parler d’une période pas forcément rigolote mais que vous avez peut-être déjà vécue si comme moi vous êtes freelance depuis longtemps à savoir : LA ROUTINE !

Au final une entreprise a gérer seul(e) c’est un peu comme un couple, il faut entretenir la flamme. Il faut parfois sortir de sa zone de confort et se renouveller pour retrouver les frissons des débuts (oui appelez-moi la spécialiste de la psychologie de comptoir 😀 )

Bref, avant cette pause estivale, j’ai passé une période pro pas forcément rigolote que je mets sur le compte de plusieurs facteurs :
  • la fatigue tout d’abord. Fin d’année « scolaire » aidant, je me suis retrouvée complètement épuisée physiquement et mentalement. A part quelques jours de congés à Noël il faut dire que je mes dernières vacances remontaient à Août 2016.
  • un manque de cloisonnement de ma part entre le pro et le perso . Bossant depuis chez moi, de fait la logistique se prête à avoir du mal à faire la part des choses. Ajoutez à ça un certain problème avec le lâcher prise de ma part et c’est comme ça que je me suis retrouvée sans l’avoir vu venir à recevoir des notifications non stop sur mon smartphone provenant des diverses applis que j’avais installé pour gérer les comptes réseaux sociaux de mes clients. Mes soirées et mes week-ends étaient donc souvent interrompus par des commentaires facebook ou encore des notifs Instagram. Marrant 2 minutes mais de quoi vous rendre dingue au quotidien.
  • une envie de nouveauté sans savoir par où commencer. Lorsque l’on travaille comme moi régulièrement au forfait pour gérer des identités en ligne de manière mensuelle, il arrive que l’on en ait juste marre de nos dossiers. Même si on a la chance de bosser pour des secteurs d’activités qui nous intéressent, il est parfois difficile de garder de l’intérêt sur le long terme. Surtout qu’au fil des mois voir des années, les opés/post/prises de paroles ont un peu tendance à tourner en rond.
  • la solitude . Car oui cela fait maintenant 7 ans que je bosse « seule » . Et même si je répète depuis des années à quel point cette situation me convient, en réalité au bout de tant d’années, elle commence à me peser.
Les conséquences de cette routine :

Au fil des semaines, ce qui était au départ une petite routine de boulot dans laquelle je me sentais à l’aise /secure est devenue un vrai fardeau quotidien. Hormis l’impact direct sur mon moral, ma créativité est entrée en hibernation et j’ai commencé à beaucoup moins bien bosser. Et oui, ça arrive, on peut aussi avoir des périodes de moins bien quand on est freelance. Le soucis c’est que le client en face :

1/ même si il est humain et ouvert d’esprit, c’est pas son problème

2/ il paye pour une prestation et il est ainsi en droit d’avoir un retour à la hauteur de ses exigences

3/ il risque d’aller voir ailleurs au bout d’un moment 

Vous vous doutez bien, que dans cette situation, pas trop le choix, ça ne peut pas durer. Faire une bourde une fois passe encore, faire une bourde deux fois ça commence à faire beaucoup. Du coup de manière concrète comment j’ai essayé de gérer ça ?

Ma manière de remédier à la routine du freelance :

Déjà, pour commencer j’ai fais mon mea culpa auprès des clients qui ont été impactés par cette période de moins bien et je leur en ai parlé. Après tout, on tisse souvent des relations de confiance mutuelle sur la durée alors pourquoi cacher les choses ? Je pars du principe qu’un client préférera toujours que je lui dise qu’en ce moment je passe par un petit passage à vide créatif plutôt qu’un silence radio total et inexpliqué.

Puis sur ma manière de travailler j’ai tenté de mettre en place certaines choses. La première a été pour moi de quantifier un peu plus mon temps. Je passais de longues journées devant mon écran et à la fin de la journée j’avais l’impression de n’avoir rien fait de productif. Alors pendant 15 jours, je me suis astreinte à quantifier mon temps et mes tâches sur Toggl (un chouette outil soit dit en passant ). Et au bout de 15 jours, le constat m’a clairement fait peur. Oui je passais énormément de temps sur mon ordi chaque jour, mais au final le ratio temps de travail / glandouille / perte de temps inutile était vraiment pas bon.

En ayant pris la mauvaise habitude de laisser les réseaux sociaux de mes clients ouverts non stop + en vérifiant mes mails plusieurs fois dans l’heure histoire d’être réactive, je passais au final très peu de temps sur l’opérationnel. Forcément, à vérifier sans cesse les notifs facebook et à répondre aux mails dans la minute, la qualité des contenus que je produisais était moins bonne puisque j’avais moins de temps.

J’ai alors totalement repensé ma journée de travail. [Je vous en parlerais plus longuement bientôt ] Mais toujours est-il que tout a tenu en une seule phrase :

« changer ses put**** de mauvaises habitudes »

Et depuis …ben franchement depuis ça va beaucoup mieux ! J’ai de nouveaux projets, notamment celui de reprendre des bureaux à l’extérieur pour rompre avec cette solitude du freelance qui commence maintenant à me peser. J’ai décidé cette année d’assister à plus d’événements de networking, pas forcément dans l’idée de trouver des nouveaux clients mais surtout dans l’idée de m’ouvrir l’esprit à d’autres manières de voir les choses. Enfin bref, pleins de petites choses qui se mettent en place tout doucement.

Et vous, vous avez déjà vécu cette période de « pas envie/je bosse mal/j’ai plus d’idées » ? Si oui, vous me donnez vos astuces à vous pour en sortir ?

 

 

Leave a Comment

Required fields are marked *.